COVID-19 : Mettre à jour le document unique

Animée par Michel DUMON et Laurent MARGERIDE de l’OPPBTP

Le président rappelle les péripéties de la rédaction du Guide qui accompagne la reprise des chantiers du bâtiment, le nombre des réunions, les discussions entre les ministères, les organisations professionnelles et les salariés. Selon lui, ce Guide doit permettre de trouver des solutions.

« Suite à la réunion d’hier, avec Marie-Christine RIBEIRO, avocate, et Philippe GAUDRIE, expert-comptable, nous avons pris conscience de la révolution qui s’opère : en deux mois, les choses ont changé comme en 15 ans !  Tous nos schémas, nos modèles économiques deviennent inopérants », dira t-il en introduction.

1. Se former sur le risque Covid-19

Laurent MARGERIDE rappelle que toutes les informations utiles sont rassemblées dans la troisième édition du Guide et dans la boîte à outils qui l’accompagne. Vous le trouverez sur le site de l’OPPBTP ou sur celui de la CAPEB Gironde (cliquez sur l’image ci-contre).

2. Mettre à jour le document unique

« Le document unique n’est jamais fini, il s’adapte en permanence de manière collective. La crise sanitaire impose une mise à jour. Il est vivement conseillé d’impliquer les salariés dans cette démarche, car c’est l’affaire de tout le monde, cela peut également permettre d’améliorer les pratiques de l’entreprise en matière de sécurité. »

La majorité des 24 participants ont créé leur document unique avec la CAPEB Gironde et les outils de l’OPPBTP, rendez-vous donc sur :

https://www.preventionbtp.fr/

Connectez-vous sur votre espace « Mon doc unique » puis « Mettre à jour ».

Vous retrouvez les 3 étapes classiques. Nous allons nous concentrer sur l’étape numéro 3 en priorité : « Ajouter une situation de travail ». C’est là que vous allez ajouter « Gestion du covid-19 », puis validez. Choisir la fréquence par jour, par semaine, par mois en cliquant sur la flèche.

Ajoutez un risque à cette situation de travail : nouveau tableau « Risque santé, agent biologique, niveau maximum », puis validez. En face de chaque risque identifié, indiquez les actions de préventions mise en œuvre.

Exemple : Organiser les déplacements, mesures techniques, les gants, les masques, la formation des salariés… Puis vous évaluez la mise en œuvre.

Terminez l’évaluation et téléchargez votre document unique.

3. Désigner un référent Covid-19

Le Guide dit : « Désigner un référent Covid-19 pour l’entreprise et par chantier, qui peut coordonner les mesures à mettre en œuvre et à faire respecter (par exemple : chef d’entreprise, conjoint-collaborateur, chef de chantier, salarié chargé de prévention) ». L’OPPBTP a tout prévu dans la boîte à outils du Guide. Ci-dessous une vidéo à votre attention car, une fois la personne désignée, il convient de lui donner la compétence nécessaire. L’OPPBTP propose, en outre, des formations de 2h30 destinées aux référents Covid-19.

https://www.preventionbtp.fr/Formation/Formation-professionnelle-continue/Referent-COVID-19

Laurent MARGERIDE rappelle que toutes les informations nécessaires sont accessibles sous forme de 4 fiches. « Rappelez-vous les EPI, il a fallu un peu de temps pour les faire accepter par tous, c’est la même chose avec le masque ! Il faut répéter, il faut insister », dit-il. « Le masque est obligatoire quand on est côte à côte avec un autre salarié, pas tout le temps, car si c’est un calvaire, ça ne marchera pas », précise Michel DUMON.

A propos des chantiers gérés par un coordonnateur SPS

Le plan de prévention est un document établi lorsqu’une entreprise fait appel à une entreprise extérieure pour effectuer des travaux et que cela entraine de la co-activité. Or la co-activité n’est pas possible pour le moment.

Le PGC SPS est proposé par le coordonnateur SPS destiné en priorité au maître d’ouvrage qui peut ainsi en vérifier la qualité. C’est également un document d’autocontrôle pour le coordonnateur et une source d’informations nécessaires à la rédaction des PP SPS par les entreprises. « Ce sont trop souvent des généralités, mais vous allez vous en rendre compte lors de la visite préalable. A vous de poser des questions. Une fois que vous avez ce document, vous allez pouvoir préparer votre PP SPS », indique Laurent MARGERIDE.

C’est au coordonnateur de mettre en garde, l’architecte, le maître d’ouvrage et le maître d’œuvre. Il est garant par rapport à la prévention. A lui d’ intégrer le risque Covid-19.

Le PGC ne peut pas être le guide lui-même, il doit intégrer les éléments factuels du chantier : gestion de la base vie, accès au chantier… Si le chantier avait démarré avant la crise, le coordonnateur SPS doit faire un avenant Covid-19, refaire une visite, et l’entreprise artisanale doit également faire un avenant à son PP SPS.

« Les architectes n’ont pas été accompagnés, ils sont perdus. Ils sont en grande panique et ne veulent pas prendre la responsabilité. Quant au client, il a oublié qu’il y a eu deux mois d’arrêt de travail », ajoute le président.

Laurent MARGERIDE conclut par les aides financières aux entreprises qui voudraient investir dans la prévention du Covid-19 par la CPAM et la CARSAT Nouvelle-Aquitaine, et rappelle que la médecine du Travail reste un interlocuteur privilégié.

mattis dolor Praesent diam sed adipiscing tristique vulputate, dolor. non luctus